Il y a ... un appareil photo, Il y a ... un journal de bord

La Thaïlande, on en redemande!

La Thaïlande, on en redemande!

 

Avant, quand on parlait de la Thailande,je voyais tourisme sexuel et îles blindées de touristes qui font la fête.Pas franchement notre came… Mais comme on est curieux, on est quand même allé voir. Quelle surprise de découvrir ce délicieux pays tant par ses paysages, sa culture et ses habitants.

 

 

On tente une frontière peu fréquentée.

Bien que le poste de Sungai kolok n’est pas le préféré du lonely planet à cause de certaines tensions au sud de la Thailande, nous tentons le coup. On fait le trajet classique des postes frontières terrestres, c’est à dire depuis la ville la plus proche prendre un bus local jusqu’au bureau de l’immigration et sortir du pays (celui là ne pose jamais de problème). Ensuite, traverser à pied le no man’s land entre les deux pays (bien souvent via un pont) pour enfin atteindre le bureau d’immigration pour entrer dans le pays (dans ce cas précis, la Thailande).

 

 

frontière sungai kolok

 

 

C’est là souvent que le stress pointe le bout de son nez. Corruption ou pas corruption? Visa ou pas visa? (si vous êtes un voyageur pas trop bête vous avez vérifié avant). Bref nous voilà face à l’officier qui nous demande une adresse d’hotel. On ne prévoit jamais à l’avance…alors on prend les formulaires et on commence à chercher dans notre lonely planet en version pdf sur le portable, rien. Pas d’adresses précises à part « centre ville ». On tente le coup et ça passe. Par contre ce qui ne passe pas c’est la barbe de Roland (la fameuse). Le gars lui demande trois fois s’il est musulman et de faire son signe de croix plusieurs fois pour vérifier qu’il soit catholique.Un grand cirque, il se joue de nous et sait trés bien qu’on ne veut pas de problèmes donc qu’on se pliera à ses lubies. Bref, c’est long et du grand n’importe quoi mais on fini par passer en Thaïlande. On ne veut pas trop trainer dans le coin et on monte dans le premier train direction la ville de Hat Yai. 200baths par tête et 4h de train plus tard nous arrivons à destination, exténués.

 

 

train sunai kolok- hat yai

 

La chasse à l’hébergement commence alors qu’il fait déja nuit,pas facile de trouver les petits hotels locaux car l’alphabet est différent, on s’en tient donc aux guesthouses et auberges de jeunesse. Nous sommes très surpris des prix qui tournent autours de 250-300 baths la nuit en dortoir et par personne. Finalement en cherchant à négocier une nuit le gars de l’auberge nous dit: je peux pas vous faire de prix mais je sais que sur le site adgoda nos chambres sont moins chères. Il nous donne le mot de passe du réseau et tranquillement assis dans l’entrée de l’auberge on réserve notre nuit pour moitié moins cher sur internet.Vraiment sympa!

S’en suit alors notre premier diner Thailandais. Pas facile de se faire comprendre et si en Malaisie on mangeait indien, en Thailande on mange Chinois ! On se fait super arnaqué sur la note finale et ça nous refroidi sur le budget à tenir ici.

 

premier repas en thailande

 

 

Par ou on va??

 

C’est le moment pour nous de tenter de définir un trajet pour le reste de notre tour du monde. La chose à prendre en compte avec l’asie du sud-est ce sont les visas. Ca a un coût non négligeable et demande une certaine organisation si on veut éviter les entourloupes aux frontières. Nous passons la journée dans les méandres des blogs, sites gouvernementaux et guides de voyage pour tenter d’éclaircir nos envies. Plus on cherche plus c’est flou. On se concentre sur la Thaïlande mais pour nous c’est toujours difficile de choisir quelle direction nous allons prendre. Pourquoi c’est si difficile pour nous de voyager en Asie?? Peut être parce qu’il s’agit plus de sentir une atmosphère et se laisser porter plutôt que suivre un itinéraire tracé en fonction de choses à voir absolument comme en Amérique du sud. On rigole souvent en disant que l’asie du sud-est c’est une destination pour glandouiller et que ça, on sait pas trop faire. Bref, le brouillard… et puis un couple de voyageurs passe et nous disent; aujourd’hui on part à Krabi. On répond « ok, super! » comme si on savait ce que c’était…après vérification, cette ville est le carrefour stratégique bien desservit pour aller un peu partout. Banco! On prend le temps de faire réparer mes chaussures pour 40 baths à un cordonnier dans la rue (on vous avez pas dit que mon pied était passé dans la roue du scooter à Cameron Highland, arrachant au passage le talon de ma godasse…) et on repartira le lendemain.

 

Krabi 

Nous arrivons sous la pluie (pour changer). On prend nos quartiers dans la guesthouse réservée sur Agoda (qui deviendra notre meilleur plan pour faire des économies sur le logement). Ici on commence à se mettre dans le bain et on se fait moins arnaquer sur le prix des repas. Nous louons un scooter pour se faire une petite virée. On a un programme chargé mais de bien belles rencontres vont quelque peu le chambouler.

Nous nous arrêtons d’abord au niveau d’une grotte sans trop savoir à quoi s’attendre. Il faut dire qu’ici le paysage karstique est magnifique et correspond exactement à l’idée que je me faisait des paysages côtiers asiatiques. On s’attendait à une grotte calcaire basique, en fait il s’agit d’un temple et nous sommes accueillis par des moines qui nous font le tour du propio. Sans se comprendre nous suivons sans broncher dans les petits recoins sombres de la grotte. Nous faisons quelques photos, brûlons de l’encens et repartons un peu chamboulés par cette rencontre simple mais authentique.

 

Grotte près de Krabi

 

 

Le coeur léger nous réenfourchons notre 2 roues et partons en direction des cascades de Huaytho. En se trompant de route on tombe nez à nez avec un éléphant! Un jeune homme est grimpé sur lui, il s’agit de l’entrée d’un camp d’éléphants pour touristes. Le moins qu’on puisse dire c’est que ça fait un drôle d’effet. Nous arrivons finalement à la cascade mais nous n’avons pas assez d’argent sur nous,un signe du destin me direz vous puisqu’en repartant nous apercevront depuis la route un evènemment en préparation… On décide de s’arrêter et d’aller voir ce qui se trame. C’est un concours de chant d’oiseaux! Les hommes viennent avec leur oiseaux en cages qui doivent chanter et sont observés par 2 juges. Il y a de l’argent en jeu, ça ne rigole pas! On reste un bout de temps, en essayent de comprendre les règles puis certaines personnes viennent nous aborder pour nous expliquer, on passe un très bon moment.

 

concours de chant d'oiseaux

 

La dernière étape de la journée sera finalement la Tiger Cave et son temple. L’ascencion des 1200 et quelques marches (qui commence par esquiver les singes qui piquent tout se qui traine sur le coté des sacs) est tout bonnement arasante. La chaleur, l’humidité et les marches vertigineuses font de la montée un calvaire. Tout le monde en bave et sue a grosses gouttes. Une fois en haut le panorama est en demi teinte. D’un côté les montagnes magnifiques, de l’autre un aéroport et des champs de palme à perte de vue. Nous redescendons et bien évidemment la pluie pointe le bout de son nez (comme toujours quand on est en scooter).

 

tiger cave, krabi

 

Le jour suivant nous prenons un tour pour aller sur la James Bond island. Ce qui nous intéresse c’est surtout le parc national marin qui l’entoure et les blocs de calcaires qui font un paysage si particulier. L’expédition en bateau est sympa mais la cohue sur la petite ile donne le tournis. Nous sommes touristes au même titre que les autres et il ne faut pas l’oublier en tour du monde (souvent les tourdumondistes se prennent pour une catégorie supérieure, différente du touriste moyen) même si on aspire à être loin de tout. On prend donc notre mal en patience et n’ayant pas opté pour le tour en kayak dans la grotte d’à coté nous attentons nos compères d’une journée à bord du bateau.Les paysages de ce tour sont très chouettes mais on a manqué un peu d’explications.

 

P1180086

 

Nous prenons une journée off pour aider les cuisses de Roland a cicatriser après son énorme cramage aux iles perhentians pendant une session snorkeling. Il est vraiment brulé et c’est difficile pour lui de rester assis. C’est l’occasion de se dire qu’on voulait éviter les foules de Phuket ou Koh PhiPhi et nous tracerons direct dans le nord. Après un bon tuyau du gérant de la guesthouse on check les billets d’avions finalement moins chèrs que de traverser le pays en bus.

 

Chiang Mai, mon amour

 

Depuis l’australie je m’étais mis en tête de faire un stage de massage thai. Chiang Mai, c’est THE place to be pour ça et les cours de cuisine. Nous décidons de faire stage de 5 jours pour avoir des bases pour des massages à faire dans le cadre familial (pas en faire notre futur métier). On a demandé a plusieurs endroits et nous avons choisi la jerah massage school après être tombé par hasard dessus. Le prix est imbattable et nous avons un très bon feeling avec la prof lors de notre rencontre. Nous la comprenons bien ce qui n’a pas toujours été le cas avec d’autres lors de nos prospections. La formation était vraiment chouette dans une ambiance décontractée mais avec sérieux quand il faut s’y mettre. Les profs sont attachantes et aiment échanger et partager sur leur cultures. Les 5 jours passés à leur côtés furent un enchantement. La ville à un charme certain avec ses temples magnifiques.

cours de massage thai (2)

 

 

Nous allons aussi voir le Doi sutep en dehors de la ville, sous la pluie bien sur mais tout de même très chouette. Un petit coup de cafard en arrivant en voyant es enfants en habits traditionnels qui sont là pour être payés pour faire des photos avec les touristes. Une femme se fait photographiée avec en serrant une enfant dans ses bras , tout sourire pour ensuite marchander en la toisant. Plutôt moche. Nous avons aussi tracé sur une journée en scooter (c’est vraiment trèèèèès long) jusqu’au Doi inthanon, un parc national. Grosses averses et entrée de parc chère pour au final ne pas voir grand chose à cause des nuages…Sachez quand même qu »il y a un camping là bas. On s’attendait pour un parc national à y trouver des sentiers de rando mais non, juste une route qui passe dans les villages de minorités ethnique jusqu’au temple puis le point le plus haut de Thaïlande.La route retour par contre nous a offert de magnifiques panoramas et à nouveau une rencontre avec les éléphants. Cette fois enchainés au bord de la route à attendre la prochaine floppée de touristes qui leur grimpera sur le dos…

 

éléphants sur la route de doi inthanon

 

 

Pendant ce temps à Chiang Mai on se lance et on goute pas mal de plat typiques. Je dois dire que le Pad thai remporte la palme, on en raffole (pourtant on a trouvé du saucisson, paté et fromage français dans les supermarchés!) En gros Chiang Mai, une jolie ville, des gens biens et de la bonne bouffe! On est au paradis! Ah oui et de la bière artisanale aussi! En gros nous passons une bonne semaine ici et qui sait peut être reviendrons nous revoir les filles de l’école de massage qui nous ont invité pour la fête des lumière en novembre! En attendant on suit leur conseils et on prend la route pour Pai qu’elle qualifient de « romantique » a tout bout de champs.

 

 

Passage éclair à Pai.

 

Nous avions bien négocié notre billet de bus et réservé notre guesthouse qui était censée être non loin du terminal…c’est sans compter les ponts de bambous non existants en saison des pluies…On a donc bien marché et transpiré pour arriver dans ce qui était un petit bungalow au fond d’un jardin. Nous faisons du stop pour retourner en ville et ça fonctionne bien. Nous louons encore un scooter pour faire un petit tour. Premier stop, le point de vue du village chinois plutot sympathique.

 

P1180190

 

Ensuite on fait route sur la cascade de mo paeng qui est gratuite et permet de se baigner dans un cadre vraiment agréable. On fini par le bassin naturel d’eau chaude de sai ngam pour faire trempette au milieu de la forêt. Le lendemain on jette un œil très tôt au canyon avant de remonter dans un bus pour chiang mai car surprise ! Pas de bus pour aller directement à chiang rai.

 

 

Chiang Rai se fait attendre !

 

Une fois de retrour à Chiang mai, on pense pouvoir sauter dans le premier bus qui vient pour partir vers notre dernière destination Thailandaise. Erreur, il est tôt mais tout les bus sont pleins pour la journée il faudra attendre la lendemain pour repartir.

En tout cas ça valait la peine d’attendre ! On a un vrai coup de cœur pour les temples originaux de la ville. Il y a les temples blanc et noir, artistiques à souhait. D’une beauté à couper le souffle le temple blanc réserve bien des surprises à l’intérieur. Si on prend le temps de regarder derrière les portes on s’aperçoit que l’artiste a caché Mickael Jackson ou Dark Vador (entre autre) dans les peintures. Des têtes d’avengers sont accrochées dans les arbres du parc , on rigole beaucoup.

 

temple blanc , chiang rai

 

 

Le temple bleu est beaucoup plus traditionnel mais vraiment magnifique. Quand au temple noir il relève plus du musée avec différents batiments aux architectures uniques où des collections de peaux, ossements et coquillages sont exposés. On est enchantés par cette journée.

Il est maintenant temps de se préparer à passer au Laos car notre visa expire bientôt.On se prépare à un passage laborieux du poste peu fréquenté car la plus part des gens choisissent de prendre le bateau pour Luang Prabang. Une fois de plus en fouinant bien sur le net on voit qu’il y a un bus direct Chiang Rai (terminal 2) – Luang Namtha . C’est un poil plus cher et encore ! Un peu de facilité ça fait pas de mal.

 

Il ne nous reste plus qu’à découvrir le Laos et de se rendre à la fête des lumières dans quelques jours mais ça c’est une autre histoire !

 

 

Pour des boudhas en veux tu en voilà , c’est ici que ça se passe :

Thaïlande
Album : Thaïlande

43 images
Voir l'album
 

Mots-clefs :

A propos de Dans le sac de roland et lucie

Partis depuis le 26 aout 2015 suivez nos aventures à travers le monde

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Bib & Francy en Tour du... |
Treks à Gogo |
Luxembourgpourlescolombiens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Campinglesnaiadeschatelchehery
| Monvoyageapekin
| Vers la Croatie