Il y a ... un appareil photo, Il y a ... un journal de bord

L’installation en australie

L’installation en australie

Voilà deux mois que nous sommes en Australie. Pour une fois cet article ne vous mettra pas les boules en le lisant au petit dèj’ avant d’aller travailler on vous le promet ! La raison est simple, nous aussi on travaille ici :-) .

Cet article revient donc sur nos premiers pas à Perth et on vous raconte comment s’est passée « l’installation ».

Métro.

La problématique

C’est LE grand projet de backpacker qui débarque fraichement an Australie, le moyen de transport. On connait tous quelqu’un qui a acheté un van pour arpenter la côte et vivre comme un hippie. C’est tentant. Bien qu’on se soit arrangé pour ne pas être dépendant d’un véhicule dès notre arrivée, l’achat est incontournable parce que l’Australie c’est grand!

Notre choix

Après plusieurs sévères entorses aux cerveaux (au pluriel parce qu’on est deux à réfléchir :-) ) , notre choix c’est porté sur un break et non un van. Une des principales motivations, c’est le cout du carburant et la consommation excessive d’un 4*4 ou d’un van. On a donc un véhicule de tout les jours mais qui reste confortable et permet de vivre à l’arrière pour se la jouer quand même un peu routards quand on a le temps.

C’est la deuxième semaine qu’on a trouvé notre formidable « Ford Falcon Wagon » sur le site internet Gumtree, genre de bon coin Australien. Nous avions loué une voiture pour la journée pour justement aller voir des voitures à acheter.  C’est une épave, il faut le dire. Mais on ne l’a payée que 750 dollars (environs 500 euros) et mon génialissime mari bricoleur fait quelques petits travaux dessus. Bon, s’il a pu résoudre le problème de vitre côté chauffeur qui s’ouvre pas, pour l’ouverture tout court de la portière on est dans l’impasse J. Elle est rouillée,à l’arrière le phare est scotché et le pare choc n’est qu’à moitié accroché mais c’est une boite automatique avec  air conditionné et pare kangourou inclus !

 

Le bolide

 

L’anecdote :

Le jour de l’achat, trop grand choc pour moi ! Il a fallu que je conduise pour la première fois à gauche et  pour la première fois une automatique. Faire une route d’environ 50min sans gps ni téléphone en devant donc suivre Roland (en voiture de location) en croisant les doigts de pas se perdre car aucun moyen de se joindre… Autant dire que j’ai renoncé après avoir juste fait un tour de quartier et failli déglinguer une dizaine de rétros et prendre des routes à contre sens. Trop dangereuse cette affaire. On a laissé la voiture sur le parking du vendeur et Roland est revenu en train pour la ramener  le lendemain.

 

Boulot.

 

Pourquoi ?

L’argent c’est le nerf de la guerre. Mettons tout de suite au clair nos intentions concernant ce séjour en Australie : on est là pour travailler. Si nous arrivons à faire des économies ici, elles seront exclusivement réservées à notre retour en France et non pour rallonger le voyage. Il nous reste des sous du budget voyage qui seront pour l’Asie que nous comptons explorer après notre passage au pays des kangourous. Bien-sure qu’on espère voyager un peu pour découvrir le pays mais ce n’est pas notre priorité numéro un. Certains trouveront ça dommage, mais c’est ainsi que nous voyons les choses ! Notre vie ne s’arrêtera pas après le voyage et nous avons pleins d’autres projets qui nous tiennent à cœur à réaliser en rentrant J

Dans nos esprits européens, l’Australie c’est l’eldorado. En auberge de jeunesse combien de voyageurs à-t-on entendu raconter que « tu trouves du boulot trop facilement et en quelques mois tu te fais facile 10 à 15000 euros ! » Parce qu’on sait d’expérience que l’on oublie très facilement les petits désagréments du voyage pour n’en garder que le meilleur en mémoire, on était méfiants…

 

Comment ?

Pour moi, une fois de plus la chance insolente à frappé à la porte. En parlant du projet avec nos amis PLLM et LHD (hahaha noms de code) ils ont tout de suite eu la présence d’esprit de nous mettre en contact avec une amie à eux ayant déjà vécu l’expérience. Cette dernière, l’adorable mademoiselle N. , appelle son ancienne boss à Perth en lui demandant si elle avait besoin de personnel en Janvier. Bingo ! Elle venait de me trouver un job avant même d’être arrivée !

J’ai donc reçu un message le lendemain matin de notre atterrissage «  Peux tu venir aujourd’hui voir comment s’organise le travail et commencer à travailler demain ? » Et BIM ! Pas un jour de répit je commence direct comme vendeuse de raisins à « The grape place ». L’endroit et génial et les gens d’une incroyable gentillesse. Nous vendons donc du raisin frais cueilli au fur et à mesure de la journée selon le besoin. Il y a aussi d’autres fruits et légumes du jardin ainsi que du miel, des glaces et d’autre produits venant de fermes à proximité. Question linguistique c’est le flou total par contre. Mon niveau d’anglais n’est pas à la hauteur mais je fais de mon mieux pour m’adapter et essayer de compenser en étant la plus efficace et réactive possible… Je m’étais fixé un défi : réussir à travailler à l’étranger. Maintenant que c’est fait le nouveau but et de réussir à garder cet emploi qui, il faut le dire, est vraiment super.

 

The Grape Place avec Sharron

 

Pour Roro, la chose à été plus délicate. Le fait que j’ai un travail avant d’arriver est un atout mais cela réduit aussi beaucoup les possibilités pour lui. Il a donc commencé à rayonner dans la « swan valley » (endroit ou je travaille) pour trouver du travail dans les vignes et brasseries des alentours. Chou blanc. Les distances sont énormes à pied et nous n’avions pas encore de véhicule (ce qui lui a permis d’être pris en stop par une strip teaseuse !).

Les agences d’intérim de Perth n’ont plus de bureaux et les inscriptions se font sur internet mais nous allons quand même « en ville » pour déposer des cv dans les boites d’orthoprothésistes. Première touche ! Une entreprise le rappelle pour les aider à utiliser leur logiciel francais et développer la cfao. Il ne s’agit pas d’un temps complet et un  essai est fixé pour dans 10 jours. Incapable de rester à rien faire, une fois propriétaire du bolide, il élargit son champ de recherche et va sur des régions plus agricoles à environ une heure de  chez nous. C’est donc seulement au bout de trois semaines qu’il commence à travailler cette fois pour un temps (plus que) plein dans une ferme pour ramasser des pastèques mais aussi emballer des tomates, trier des aubergines, bref un peu de tout.

 

Récolte de pastèques

 

Deux italiens sont là depuis 2 mois et lui disent que c’est vraiment un « lucky man » d’être tombé là pour son premier job, parce que les patrons sont très corrects. Le hic c’est qu’il doit se lever à 4h du matin, pour ensuite faire une heure de route et embaucher à 6h (pour éviter la chaleur, rappelons que cette semaine il faisait plus de 40°). Cela nous amène donc au point suivant…

 

Dodo.

Solution temporaire.

Sachant avant de partir où j’allais travailler, on avait réservé dans un camping à 2km de « the grape place ». Moins cher qu’une auberge de jeunesse et me permettant d’aller bosser à pied dans un premier temps. Au bout de deux jours, on s’est vite dit que d’être réveillés par des genres de corbeaux hurleurs à 5h du mat et d’avoir la route à 5m de la tente n’était pas une vie. Donc toujours sur Gumtree, on s’est mis à chercher une colocation dans les environs.

Solution définitive.

On a trouvé la maison parfaite à environs 4km ++ de mon boulot (oui parce qu’on était toujours à pied à ce moment là). La coloc se situe à South Guilford, banlieue sympa de Perth avec un train qui peux nous emmener direct en ville donc très pratique. La maison de Nurul a 3 chambres, on partage la salle de bain avec une autre colocataire des Pays bas, Kirsten. Elle est à 300m de la « swan river » le cadre est vraiment super. L’adorable Nurul me laisse utiliser son vélo, ce qui réduit mon temps de trajet de 50min à pied à 15min de vélo (en forme et avec le vent dans le dos !). On est donc vraiment bien installés (si on oublie le premier soir ou on s’est bêtement enfermés dehors dans le jardin, et attendus 2h que Nurul et son copain viennent nous délivrer…)

Bien installés

 

Ajustements.

Pour en revenir à Roland et son travail un peu lointain mais surtout à la fatigue après des journées allant parfois jusqu’à 12H de travail, il a décidé de prendre une colocation à Gin Gin (lieu ou il travaille). Ses collègues Italiens lui ont proposé de les rejoindre. Finalement le prix du loyer  revient au même que ce que lui coute le carburant en faisant des allers/retours tout les jours. Il part donc à la semaine et revient pour les week end que nous n’auront jamais en commun car je travaille tout les samedi et dimanche.

Au moment ou je prépare cet article, je n’ai pas internet à la Guilford et comme je n’ai pas de téléphone pour la première fois nous serons 5 jours sans se voir ni se parler. Un vrai nouveau défi pour nous qui avons l’habitude d’être ensemble 24h/24 (mise à jour avant de publier : cette situation a duré 3 semaines).

 

Epilogue (de cet article très très long je vous le concède mais m****, il s’en est passé des choses en un mois !)

On a quand même réussi à se construire une petite vie en seulement 3 semaines ! Parce que je vous passe tout les détails genre, banque, impôts, immatriculations qui seront l’objet d’un autre article plus « conseils pratiques ».

A la différence de la première partie de voyage, le défi n’est pas lié à l’itinérance et la précarité de ce mode de vie. Ce sont de nouveaux défis moins physiques (quoi que…) mais surtout une fois de plus sortir de notre zone de confort en franchissant les difficultés liées à la langue, au travail, à la culture et de façon individuelle.

Même si des tas de gens ont déjà vécu la même chose, et que ça n’a rien d’exceptionnel, on est très fiers de nous et on a atteint les objectifs fixés au départ. Maintenant y’a plus qu’à tenir sur la longueur en ne perdant pas de vue pourquoi on fait tout ça !

 

Pour faire (entre autre) le tour du proprio, c’est par ici :

La vie à Perth
Album : La vie à Perth

13 images
Voir l'album
 

 

Mots-clefs :

A propos de Dans le sac de roland et lucie

Partis depuis le 26 aout 2015 suivez nos aventures à travers le monde

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Bib & Francy en Tour du... |
Treks à Gogo |
Luxembourgpourlescolombiens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Campinglesnaiadeschatelchehery
| Monvoyageapekin
| Vers la Croatie