Il y a ... un journal de bord

Désert de sel, lagunes et flamants roses.

Désert de sel, lagunes et flamants roses.

On a pas beaucoup écrit sur la Bolivie. Il y a eu le récit de l’aventure de Roland et puis c’est tout.

 

On a eu besoin de repos à la Paz, une ville avec une âme et à l’ambiance sympathique mais pas franchement belle. Ensuite on a fait un saut au chaud à Sucre, capitale et plus jolie ville du pays. Pour qui pour quoi, on a pas vraiment pris de photos. Il y a des fois comme ça où l’on se laisse juste porter par l’endroit sans penser à tout immortaliser. Autant dire qu’à Uyuni on s’est rattrapés !

Le seul attrait de cette ville en plein désert ce sont les excursions pour le Salar et le Dakar qui passe maintenant par là au mois de janvier. Débarqués en fin d’après midi, nos recherches et négociations vont bien plus vite qu’on ne le pensait. Avant la tombée de la nuit on se trouve un hotel avec eau (vraiment) chaude et bon marché ainsi qu’une excursion de trois jours pour un prix imbattable de 600 bolivianos par personnes (sans compter l’entrée du parc de de 150 Bs à rajouter systématiquement). On est aux anges !!! Départ prévu dès le lendemain, on refait les sacs pour ne partir qu’avec le plus chaud possible et laisser  tout le reste.

Vendredi matin…c’est la douche froide… la neige s’est invitée et pas une petite tempête. A l’hôtel on nous dit que tous les tours sont annulés par décret préfectoral. Je vais à l’agence avant l’heure pour en avoir le cœur net et je sens bien que la responsable n’est pas très claire. Elle nous dit de venir à l’heure prévue avec nos sacs et que l’on déciderait avec les autres touristes si on part ou non. Depuis quand les touristes savent mieux que les locaux s’il est raisonnable  d’aller dans le désert dans ces conditions ? Après passages dans d’autres agences  et l’office du tourisme on me confirme qu’il est interdit d’emmener des touristes pour les 3 jours à venir. Bref nous prenons la décision de ne pas partir et retournons à l’agence sans nos affaires. Le ton monte un peu car la responsable n’a pas averti les 4 autres personnes devant partir avec nous des risques et elle ne comprend pas que nous ne voulons pas y aller. A cause de nous le groupe ne prendra pas la route… On passe les détails mais après passage au bureau du ministère du tourisme pour s’assurer de nos droits et trois aller retour à l’agence le temps s’est bien dégagé le rendez vous est pris pour le lendemain.

uyuni sous la neige

 

Et bim ! nous v’là partis pour trois jours de road trip !

Avec Guillaume et Benoit les amis Québécois ainsi que Paula et Rafael, le couple brésilien, le courant passe bien. On baragouine tous en anglais et on arrive à se comprendre. Le premier stop c’est le cimetière de trains à la sortie de la ville. Les anciennes locomotives rouillent à ciel ouvert après quelques années de bons et loyaux services entre la Bolivie et le Chili pour transporter les minerais. Il y a foule de touristes on ne compte plus les 4*4. Ensuite on entre dans le vif du sujet, le désert de sel. On fait la pause pour le déjeuner et on retrouve Meir l’ami américain avec qui Roland avait fait son ascension. Séance photo très drôle, on joue sur les perspectives. Quelques kilomètres plus loin, l’impression est indescriptible, nous sommes au milieu de cette étendue de sel qui semble sans fin. On se sent minuscules et seuls au monde. Nous faisons l’impasse sur l’isla de pescados qui comme son nom ne l’indique pas est recouverte de cactus. On se contente de faire le tour à pied, c’est gratuit et tout aussi sympa. On passe tout prêt d’un chantier pas commun, là où l’on fait des trous dans le désert pour faire des briques de sel qui servent à la construction des hôtels pour les touristes. On passera justement la nuit dans l’un d’entre eux. Le confort est plus que rudimentaire et il commence à faire très très froid. Le chauffage en Bolivie ça n’existe pas, surtout au milieu du désert.

 

 youhou

 

 

Le deuxième jour commence tranquillement. Notre guide est introuvable le matin, on l’attend près d’une heure. On demande tous à faire une halte dans une supérette pour acheter de l’alcool pour la prochaine soirée qui s’annonce glaciale (faut bien trouver des astuces pour se réchauffer). La journée est rythmée par des roches sculptée par le vent, des volcans, des lacs aux couleurs dingues mais surtout par la rencontre avec les flamands roses. Le spectacle est magique. Ils sont tellement plus beaux que ceux du zoo !!!

flamants roses

Nous arrivons en fin d’après midi à la laguna colorada qui n’est pas tellement colorée car les nuages eux aussi sont là. Le refuge est juste à côté. Tout le monde se prépare pour la nuit la plus froide du tour. La température descendra à -10 cette nuit là. Le repas est animé, on a même droit à une bouteille de rouge. On atteint le top du niveau linguistique et on rigole bien.

Le lundi matin est déjà un peu plus  douloureux. Il faut dire qu’on a rendez vous à 5h avec Reinaldo notre guide pour reprendre la route. C’est une fois de soleil levé (et quel lever de soleil…) que nous atteignons les geysers. Très différents de ce qu’on a pu voir en Islande au début du voyage. Entre les fumerolles, des piscines de boue bouillonnantes donnent envie d’aller s’y baigner. Il faut juste patienter un peu, l’arrêt d’après se fait aux sources d’eau chaude. On prend un délicieux bain dans l’eau à environ 35° au milieu de la plaine encore enneigée.

geysers

Le temps étant vraiment très frais nous n’irons pas à la laguna verde car elle est totalement gelée, à la place nous irons à la laguna negra. Ce lac est au milieu d’un champ de pierres volcaniques formant des canyons déchiquetés par les conditions climatiques. On grimpe partout pour avoir une vue d’ensemble et on est on se régale. L’ambiance retombe un peu quand en revenant à la voiture on apprend qu’un touriste est tombé du rocher en face et qu’il est grièvement blessé. Prise de conscience que tout peut basculer si vite alors qu’on passe un moment super. Pour le coup la route du retour est plus calme même si Guillaume nous fait un karaoké du tonnerre dans la voiture.

De retour à Uyuni, les routes se séparent. Nos quatre collègues repartent vers la Paz. Pour nous ça sera 2 jours off en attendant de prendre le train qui nous mènera à la frontière pour passer en Argentine. Du temps pour se reposer « au chaud » refaire les sacs et se prendre en pleine poire un peu de « racisme bolivien ». Eh oui, comme d’habitude nous allons manger dans les gargotes avec les locaux mais à Uyuni, pas facile de trouver un endroit qui vous serve à déjeuner quand vous êtes un « gringo ». Pas grave, c’est ça aussi le voyage, sentir qu’on n’est pas chez soi !

 

On a eu du mal à choisir mais le fait que Roland ai déréglé l’appareil photo en cour de route nous a aider à trier les photos et à vous concocter un bel album.

Si vous êtes plus salé que sucré et que vous aimez les flamands rose c’est par ici:

Uyuni, désert de sel, Bolivie
Album : Uyuni, désert de sel, Bolivie

46 images
Voir l'album

 

 

 

Mots-clefs :

A propos de Dans le sac de roland et lucie

Partis depuis le 26 aout 2015 suivez nos aventures à travers le monde

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Bib & Francy en Tour du... |
Treks à Gogo |
Luxembourgpourlescolombiens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Campinglesnaiadeschatelchehery
| Monvoyageapekin
| Vers la Croatie