Il y a ... un journal de bord

L’hospitalité à l’équatorienne, le plein d’amour SVP !

L’hospitalité à l’équatorienne, le plein d’amour SVP !

On en a rêvé, on l’a fait! Retrouver ces gens qui nous avaient tant touché en 2012 et partager de superbes moments avec eux.

La sensation est indescriptible. Après 9 mois de voyage à découvrir chaque jour de nouvelles choses, elle est là… la familiarité. Être dans un endroit que l’on connaît, marcher sans se poser de question, sentir des odeurs qui rassurent et voir des visages amicaux. On est tout chamboulés.

Les retrouvailles avec Pia, Luis, Vilma et Martin se font autours d’un copieux petit déjeuner. La veille nous avions déjà vu Eli et profité de quelques bières artisanales dans un bar qui à ouvert dans le quartier.Trois ans et demi se sont écoulés et ça nous a parut long mais on se rend à l’évidence que l’on a pas tellement changé. Les parents doivent partir dans la matinée pour se rendre à Riobamba où ils ont une petite exploitation de « tomate de arbol » (tomate version fruit parfaite pour les jus et qui pousse dans des arbres) On se fait un gros calin et on se dit à plus tard dans la semaine. La journée s’enchaine vite, nous allons voir Martin jouer au foot, un petit tour au panecillo et dans le centre ville pour profiter des nombreuses animations du dimanche après midi (Roland sera servi il y a un genre de festival de métal depuis deux jours). On mange rapidement on a rendez vous pour un match de foot avec oncles, tantes, cousins cousines , garçons contre filles qui enverra du steack! Tout le monde se déchaine! Les femmes bonnes perdantes préparent le café et la collation pour reprendre des forces (oui, faire un foot à plus de 3000 mètre d’altitude ça crève!).

Fin de match en famille, Quito

Le lendemain Roland prospecte pour pouvoir faire l’ascension du Chimborazo (6300m), un volcan près de Riobamba. Un guide lui recommande de faire des petites randos pour s’acclimater. C’est parti pour grimper depuis Quito le volcan Pinchincha qui culmine déjà à 4700m d’altitude. Finalement après négociations ,l’ascension du volcan qui a le sommet le plus près du soleil au monde ne se fera pas. Comptez 500 euros juste pour le guide, ensuite rajoutez location de matériel d’alpinisme et refuges et vous arrivez au totale de quasi 10 jours de voyage à deux…

Bref, on profite sur Quito avec Eli ,on fait quelques courses et du linge pour enfin prendre la route jeudi direction la campagne de Riobamba. Une bonne soupe en arrivant puis on se hâte pour ramasser les tomates mûres avant que l’orage n’arrive. Pia et Luis préparent tout pour aller vendre au marché le lendemain matin à 5h.

La journée commence sur les chapeaux de roues. La camionnette venue pour nous emmener au marché tombe en rade en pleine côte, en pleine nuit et en plein virage. Les parents gardent le sourire et un calme incroyable dans toutes situations. On arrive donc plus tard que prévu aux halles et c’est déjà la cohue. Toutes la récolte part en moins d’une heure et Roland fait fureur avec sa barbe. On est les seuls « gringos » de cet immense marché et on ne passe pas inaperçus. Une cliente de Pia insiste pour que se soit Roland himself qui lui porte son gros sac pour aller le caler dans son camion. Tel un équatorien, il charge le tout sur son épaule et la petite dame nous précise de ne pas avoir peur,elle nous ramènera notre Bobby. L’ambiance de l’endroit est dingue ça court dans tout les sens, les fruits et légumes sont d’une qualité rare.

De la cueillette à la vente

De la cueillette à la vente

On se fait une petite sieste puis après avoir été chercher le lait à la ferme d’à côté pour les crêpes du soir on se met en route pour le Chimborazo. Un camion en travers de la route nous fera attendre plus de trente minutes et accessoirement arriver trop tard et trouver l’entrée du parc fermée… Tant pis nous ne monterons pas jusqu’au premier refuge en voiture comme prévu mais on fait une petite marche quand même parce que c’est trop beau. C’est l’occasion de se rendre compte aussi qu’on est plutôt bien acclimatés car même à 4500 mètres d’altitude on est même pas essoufflés et on papote en grimpant (pour rappel le mont blanc est à 4807m…). Le soleil se couche et le sommet du volcan se découvre. Le tout est magique. De retour à la maison, Roland aide Pia à rôtir les « cuyes » à l’ancienne au feu de bois. Je donne des cours de crêpes à Eli et Martin qui s’en sortent très bien.Une journée PARFAITE.

Samedi matin, c’est petit dèj (qui s’apparente fortement à un gros gros brunch) au soleil. Un petit coup de nettoyage avant reprendre la route tassés comme des sardines, nous sommes à 7 dans la voiture dont le grand père d’Eli qui a 94 ans! Retour à Quito et on se repose un peu de ses folles aventures.

Dans un jour ou deux on prévoit reprendre la route direction Puerto Lopez sur la côte pacifique. L’idée est d’aller voir l’isla de la plata comme on peut pas se payer les Galápagos.

Si vous aimez les lamas et la campagne, les photos c’est par ici :

Quito,Riobamba, Equateur
Album : Quito,Riobamba, Equateur

28 images
Voir l'album

Mots-clefs :

A propos de Dans le sac de roland et lucie

Partis depuis le 26 aout 2015 suivez nos aventures à travers le monde

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Bib & Francy en Tour du... |
Treks à Gogo |
Luxembourgpourlescolombiens |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Campinglesnaiadeschatelchehery
| Monvoyageapekin
| Vers la Croatie